Ensemble short et maillot de foot France bleu marine ... Figurez-vous un Béni-Israël quelconque, happé sur une route et emmené dans quelque château fort pour y distraire d’abord le maître, puis les varlets et les enfants des varlets : cela vous donnera un aperçu de ce que devint le Juif Gambetta entre les mains de Rochefort. Néron avait ses Augustiani, qui, moyennant un traitement de vingt-cinq mille sesterces, accompagnaient partout le divin Empereur pour battre frénétiquement des mains dans tous les théâtres où il faisait entendre sa voix sans égale, et pour dénoncer les méchants, coupables d’avoir baillé au spectacle ou de ne pas avoir assisté à un sacrifice offert pour le chanteur enrhumé. Derrière le faux Gambetta, auquel on pardonnait tant de choses, on aperçut le Juif, qui, pour satisfaire des haines de ghettos, déchaînait sur le pays qui l’avait si bien accueilli le fléau des guerres religieuses. Pour le Juif, Rochefort n’éprouve guère que le sentiment de répulsion presque physique du Moyen Age.

Au 24 Mai, Léon Renault, tripoteur d’affaires comme lui, digne d’être Juif, s’il ne l’est pas, trahit le gouvernement qu’il servait sans y croire, au profit du gouvernement qu’il combattait avec la certitude qu’il triompherait, et tint Gambetta au courant de tout. La nouvelle couche se composait de beaucoup de Juifs, avec un appoint de Francs-Maçons, pour lesquels le mot de conscience n’avait pas de signification ; de boutiquiers peu scrupuleux, comme Tirard ; de faiseurs de dupes qui avaient frisé le bagne, comme Constans ; de bohèmes et de piliers d’estaminet, comme Lepère et Cazot ; de généraux déshonorés, comme Thibaudin ; de débris de 48, de médecins sans clientèle, d’officiers de santé, de vétérinaires, d’étudiants culotteurs de pipes, retirés en province, et qui, sous un gouvernement régulier, auraient achevé tranquillement de tomber en enfance en caressant la fille et la fiole. À l’église de Vaugirard c’est le club des Jacobins ; leur idée de se réunir dans le sous-sol faisait penser à la cave où travaillait Marat ; ceux-là c’était un souffle de 93 passant sous la terre.

» Voulez-vous, sous les yeux de l’étranger prêt à profiter de nos discordes, abandonner Paris à la sédition ? ’argent, nos arsenaux regorgent d’armes, la France s’est silencieusement refaite, l’Europe nous est favorable : en avant ! Chacun s’imaginait être dans le secret de Brutus, qui contrefaisait l’énergumène pour mieux tromper les regards jaloux ; de cet obstiné couveur de revanche, qui, bien avant dans la nuit, disait-on, s’entretenait tour à tour avec de vieux généraux et de jeunes colonels. Gambetta avait ses jeunes Juifs qui frissonnaient d’admiration à chaque parole du maître ; ils entonnaient ses louanges en chœur dans un baragouin confus, où le tudesque se mêlait au castillan, où le patois levantin fraternisait avec l’argot de la petite Bourse du boulevard. Un groupe de femmes dont le nom, en dehors des cocodettes bruyantes, a une influence mondaine, honnête et méritée, aurait pu réunir en un atelier ces jeunes filles laborieuses pour lesquelles la vie est si rude, les former en association, leur commander des vêtements simples.

L’attribution du droit de siéger, faite à ces derniers, est donc à la fois prématurée et dangereuse ; elle a été, au moins, une des causes de l’insurrection. Quoique j’aie déjà effleuré ce point plus d’une fois dans le cours de cette étude, je ne crains pas d’y revenir, car il est essentiel. Pourtant, N’Golo Kanté explique qu’il n’a pas tergiversé une fois les installations du club anglais visitées. L’épopée de 1996 débute lors de l’été 1995, le club disputant la Coupe Intertoto qualificative à la Coupe UEFA, pour se terminer au printemps de l’année suivante avec une défaite en finale contre le Bayern Munich. Nike, l’équipementier des tricolores, a dévoilé la nouvelle tunique de l’équipe de france ornée d’une 2e étoile, synonyme de 2e coupe du monde dans l’histoire du foot français. Coupe du monde 1938 en France Pour sa première Coupe du monde à la maison, la France s’incline en quart de finale contre l’Italie, future vainqueur de la compétition. Nous avons déjà montré comment, à la suite des événements de 1870, tout un flot d’aventuriers s’était rué sur la France.